Chaud devant !!!!

Chaud devant !!!!

Les températures atteignent des records, d’aucun diront qu’en été c’est normal qu’il fasse chaud, en effet, mais il y a chaud…..et très chaud. Si on considère la température ici, on va dire qu’on peut passer de -15° un jour d’ hiver à actuellement 38° dans ma montagne donc 53° d’amplitude thermique….sachant qu’il y a 15 jours je faisais encore des petites flambées le soir pour réchauffer la maison.
Tout ça demande quand même un « petit » effort aux organismes végétaux, animaux et humains.

Dans le petit poulailler donc, c’est comme partout : compliqué.

Il y a de l’ombre sur le poulailler, mais bien moins qu’avant car la neige lourde de fin Octobre a beaucoup endommagé l’arbre situé juste au dessus. Heureusement  le terrain est arboré, moins qu’avant lui aussi et pour les mêmes raisons, mais mes poulettes peuvent se protéger. Et puis tout au fond il y a « leur coin » le gros buis bien touffu et les sureaux. Pour celles qui ont le courage de s’y rendre c’est repos, « au frais ».

Ensuite certaines races supportent plus mal la chaleur que d’autres, les Brahmas en font partie. Bien évidemment ces grosses doudounes duveteuses paient là le fait d’être……….. des grosses doudounes duveteuses justement. Et si pour elles, l’hiver c’est assez sympa, d’ailleurs elles pondent en hiver, l’été c’est « oulalala pffffff ».
Et puis, les poules tolèrent globalement mieux le froid que la chaleur.
On les voit ventiler, le bec ouvert car c’est leur seul moyen de réguler leur température vu qu’elles ne transpirent pas.
Les ailes écartées pour capter le moindre brin d’air. En fait, leur manière d’avoir chaud ressemble à un calvaire si on se fie à ce qu’on voit. Et finalement on n’est pas loin du compte. La chaleur est un vecteur de stress pour beaucoup d’animaux, nous inclus 😉.
En plus les poules étant fragiles au niveau cardiaque (voir page à ce sujet) la chaleur les rend encore plus vulnérables.

Pour réguler sa température, Eulalie entrouvre son bec et ventile.

La résistance s’organise  !

Mon réflexe : ce que j’adopte comme protection pour moi, je l’adopte et l’adapte pour mes animaux.

Boire :

Les poules boivent toujours beaucoup mais là on n’a pas le droit à l’erreur. Eau fraîche et autant que possible, à minima le matin et le soir.
Eviter de laisser l’eau stagner plusieurs jours, surtout par ces chaleurs les bactéries y prolifèrent. Il vaut mieux en mettre moins mais plus régulièrement.
J’ai donc mis des abreuvoirs sur le parcours dans tous les coins stratégiques : sous le buis, dans le poulailler, dans le terrain, etc.
On n’est pas obligés d’acheter en quantité des abreuvoirs « dernier cri »: des récipients divers font l’affaire.

Manger :

  • Je ressors mes pâtées « magiques » version été. Je distribue le soir « à la fraîche ».
    Du pain trempé dans beaucoup d’eau, voire détrempé, des protéines  (restes de fromages, oeufs durs…quelques vers de farine),  légumes (feuilles de salades et légumes et fruits gorgés d’eau) et vitamines une fois par semaine pour requinquer un peu les organismes fatigués.
  • La journée il y a leurs grains à volonté.
  • Pour ma part, je ne donne rien de glacé pour éviter les chocs thermiques à mes cocottes.

De l’ombre : 

  • Indispensable pour survivre par un temps pareil !!!! Arbres, auvents et/ou abris naturellement ventilés, parasols, etc.)

Fraîcheur : 

  • J’arrose une petite partie du sol herbeux plusieurs fois dans la journée (là encore à minima le matin,  et le soir au moment du repas). Pas besoin d’arroser de longues minutes mais un coup de jet de temps en temps dans la journée, sur quelques mètres carrés, permet de maintenir un lieu « un peu plus frais » qui aura aussi l’avantage de mouiller un peu les pattes de nos minis dindons.
  • J’ai mis un bac plat pour qu’elles puissent se mouiller si elles le souhaitent, mais la poule n’est pas un canard donc ce bac n’est pas très sollicité dans ce sens, sauf par moi quand je dois en rafraîchir une en particulier. Je la pose alors dans le bac, en la tenant et la caressant pour éviter le stress, je mouille bien les pattes, et vite fait, je passe une main mouillée sur le ventre et sur la tête.
  • J’arrose le sol extérieur du poulailler (l’intérieur doit toujours être sec) et un petit coup de jet sur le toit pendant que j’y suis. Là pareil, pas besoin d’utiliser des tonnes d’eau, des coups de jet vite fait et c’est bon.
  • J’ai ouvert l’accès à une partie de ma cave, pièce très fraîche de la maison, et leurs bons réflexes les y ont amenées directement. Elles y passent l’essentiel de la journée en cette période caniculaire. Un point d’eau y a donc été aussi installé.
  • Petite précision apportée par Françoise, une « amie poulesque » pour aider une poule couveuse en ces périodes difficiles, et sachant qu’en plus la température d’une poule qui couve monte naturellement, une idée judicieuse est de placer dans le nid une bouteille d’eau gelée ou de packs pour glacière.  Ça aide à faire baisser la température de la poule dans le  nid. Du coup j’ai vérifié et ça marche vraiment bien !!!
    Je profite de cela pour vous conseiller d’aller vous balader sur son blog animalmoncompagnon.com, c’est rempli de jolis textes qu’elle écrit  sur les animaux en général et on y apprend aussi beaucoup de choses !
    Pendant que j’y suis, le blog œuf-poules-poussin.com donne aussi beaucoup de conseils précieux (vous vous rappelez ? c’est là que j’ai trouvé les œufs d’Eulalie !!! ). Les passionnés de boules de plumes sont nombreux et c’est toujours un vrai bonheur d’en rencontrer et d’échanger avec eux.

Certains ont mis des ventilateurs, moi pas.
D’abord je n’en ai pas, même pour moi. Ensuite les techniques ci-dessus sont  à  ce jour efficaces ici.
La canicule reste ponctuelle même si elle se renouvelle plusieurs fois. Le reste du temps c’est plus une « normalité » d’été.

 

C’est aussi l’occasion de méditer sur les matériaux utilisés lors de la construction du poulailler… Je n’ose pas imaginer la chaleur sous des toitures en tôle, posées directement sans aucun isolant.
Et un poulailler très bas dont le toit ne s’ouvre pas, ou très fin comme sont parfois ceux du commerce, sera par définition car il contient moins d’air, moins bien ventilé : la chaleur monte. De plus elle les traverse sans aucun souci, tout en restant bien coincée à l’intérieur. On se trouvera d’ailleurs avec les mêmes problématiques en hiver « version grand froid ».

 

Si l’une de mes cocottes  semble souffrir de façon plus grave de cette chaleur extrême ou montre des signes de malaise, la logique s’impose : l’isoler au frais, voire à la maison, l’hydrater en la mouillant un peu (pas avec de l’eau glacée à cause des chocs thermiques encore une fois).  Il faut faire baisser la température.
Lui donner à boire, doucement,  à l’aide d’une seringue si elle ne boit pas seule.
Normalement elle doit être en bien meilleure forme au bout de quelques heures.

 

C’est donc un moment où il faut vraiment les observer régulièrement pour noter toute modification comportementale.
Je reste vigilante sur toutes, et Eulalie en particulier, qui blessée lors du gros épisode de grêle d’il y a 2 semaines, a du mal à marcher. Elle allait mieux mais force est de constater que la chaleur la fatigue à nouveau pour se déplacer.
Elle fait partie de celles qui ont eu le réflexe « cave » et c’est très bien.

En fait un peu d’observation comme d’habitude, pour être réactif en cas de soucis, et surtout du bon sens, comme nous le faisons pour nous et ceux que nous aimons, ………….. et les cocottes devraient  passer cet épisode caniculaire sans trop avoir à y laisser de plumes !!!

Les petits portraits de l’été : Nougatine et Eulalie

Les petits portraits de l’été : Nougatine et Eulalie

Selfie de Nougatine et Eulalie

Ah…..mes 2 Brahmas !!!!

Deux gros cœurs avec des plumes autour.

Arrivées à la maison il y a un an, elles avaient environ 4 mois. Je les trouvais déjà imposantes mais quand on connait les Brahmas on sait qu’il faut du temps pour que leur développement soit terminé (adultes à 18 mois) et donc, autant dire qu’à 4 mois elles sont presque minuscules !!!!
Les Brahmas sont parmi les plus grandes races de poules. Un coq Brahma peut atteindre 6 kg et 70 cm de Hauteur (surtout chez les Brahmas Blanc Herminé Noir où c’est encore plus fréquent). D’ailleurs ces coqs sont rarement agressifs avec les autres ce qui permet d’en avoir plusieurs sans soucis. Ca m’est arrivé, et je n’ai jamais eu de problèmes.

Bon pas de panique c’est pas des autruches non plus !!!!  Pourtant, pas facile dans mon secteur de trouver ces drôles d’oiseaux.
Mais grâce à internet et des recherches auprès des « amis de l’aviculture », j’ai trouvé un passionné dans un département voisin où il se trouve que j’ai de la famille. Alors hop, petit périple alliant visite familiale et récupération des volatiles (2 Brahmas chez l’un et une d’une autre race chez l’autre) et voilà mes deux gros tas de plumes dans mon jardin.

Nougatine est une Brahma Blanc Sale (croisée entre Brahma blanc et Brahma Colombia (Fauve)).

Nougatine Juin 2018

 

Eulalie est une Brahma Perdrix Maillé Doré.

Eulalie Mai 2018

C’est un vrai bonheur de les voir se promener tranquillement, elles sont calmes, douces, affectueuses, rigolotes avec leur plumage bouffant qui leur donne un air empoté, et magnifiques.
Parfois il y a « comme un décalage » entre l’idée qu’elles ont de leur taille et la réalité, je les vois donc se percher maladroitement sur des endroits où je ne les imaginais pas,  elles peuvent s’y prendre en plusieurs fois ayant mal calculé la première tentative (ce qui je l’avoue me fait prendre quelques fous-rires) mais l’obstination paye car elles y arrivent.
Cette race me fascine et me passionne :  Tout y est, même si il y a de bien meilleures pondeuses qu’elles c’est clair, elles sont tout de même de bonnes pondeuses d’hiver, sont rustiques, ne craignent pas le froid étant de vraies doudounes ambulantes. Le chaud est plus compliqué pour les mêmes raisons, mais presque toutes les poules au final craignent le chaud, donc terrain avec ombrage et boisson à volonté sont indispensables, Brahmas ou pas.
La pluie ne les empêche pas d’être heureuses, seuls les parcours régulièrement boueux peuvent poser problème car leurs pattes très emplumées peuvent souffrir d’infections.

Et si leurs têtes, avec peu de crête et un bec un peu courbé,  (un restant de leur croisement entre les Cochins et les Combattants Malais) font penser aux rapaces et leur donnent un petit air presque ronchon, elles sont incroyablement sociables. Je peux les porter, les caresser un grand moment. Des peluches plumeuses en fait !!!

Puisque je parle de cette race je dois aussi dire, car c’est aussi  un élément qui les concerne (et pas qu’un peu !!!),  que les amateurs de poulet rôti affirment que sa chair est savoureuse, fine et de grande qualité….. le défaut étant (moi je trouve que c’est une qualité pour le coup !) que la croissance est très lente. Dans certains pays on les élève pour ca….
Quoi qu’il en soit, ça restera pour moi une hypothèse car ce n’est pas du tout, mais alors pas du tout envisageable de manger mes jolies dondons à plumes. Aucune habitante du petit poulailler ne sera concernée par cette issue, même pas en rêve, non mais !!!

Comme toutes les poules, les Brahmas sont têtues, surtout quand elles ont décidé de couver. Impossible de les décoller du nid. Dans ce domaine j’ai trouvé mon maître et dû me résoudre à abandonner l’idée de stopper les couvaisons, rien n’y fait.
Donc à défaut et bien j’oblige mes minis dindons à sortir 2 ou 3 fois dans la journée se dégourdir les pattes et la crête, boire et manger, avec le secret espoir à chaque fois qu’elles y prendront goût et arrêteront ENFIN de rester collées dans le nid. C’est d’ailleurs un vrai travail d’équipe cette envie de couver ! Elles se relaient, une va rester au nid pendant un mois, l’autre va s’y mettre, la première va reprendre un rythme normal le temps de se refaire une beauté, et hop : on recommence ! Ça dure depuis 6 mois cette affaire, en fait depuis qu’Eulalie a eu ses petits.  C’est comme ça, les Brahmas sont des bonnes couveuses, chacun son truc !

Le fait est que, depuis leur arrivée, Nougatine et Eulalie sont de grandes copines avec leur 3e comparse qui faisait partie du même voyage et dont je parlerai une autre fois. Comme je l’ai déjà souvent dit, la hiérarchie crée les liens et il semble qu’ils se tissent avec le vécu de l’arrivée au poulailler : quand on arrive ensemble et bien on forme un petit groupe assez solidaire (d’où, là aussi c’est une redite, l’importance d’éviter (sauf obligation), d’intégrer une seule poule dans un groupe).

Ahhh que je les aime  mes « brahmounettes »  !

Garde alternée des enfants !

 

Bon Noël !!!

Bon Noël !!!

Les fêtes de fin d’année se rapprochent à grand pas !
Mes cocottes auront droit à une pâtée « spécial Noël » histoire de les gâter avec des restes moins ordinaires et des petites friandises au milieu.
Et pas question d’y mettre des restes de dinde….non mais !!!!!
Ah oui…..Elles me disent de vous rappeler que c’est pas marrant du tout d’être une volaille en cette période…. alors je transmets !!! Et je suis bien d’accord avec elles…
Par contre elles sont d’accord pour participer à la fabrication d’un bon « lait de poules ». C’est très gentil de leur part parce que le « lait de poules »…. c’est drôlement bon et encore plus à Noël !!!!

Et pour vous faire un petit cadeau elles vous donnent la recette !

Recette du lait de poules:

Pour 6 verres.

  • 6 jaunes d’oeufs
    150 g de sucre poudre
    450 ml de lait
    450 ml de crème liquide
    1 pointe de couteau de cannelle en poudre
    1 pointe de couteau de muscade moulue
    3 clous de girofle
    1 peu de vanille (frotter une gousse)
    du rhum blanc (lait poules version adultes) environ une tasse.

Les assaisonnements dépendent des goûts de chacun bien sûr, on peut donc rectifier la quantité en fonction de ce qu’on préfère.

  • Mélanger dans un saladier les jaunes d’œufs et le sucre.
    Dans une casserole faire chauffer doucement, le lait et les clous de girofle. Quand ça commence à être à ébullition, retirer du feu et enlever avec une écumoire les clous de girofle.
    Mélanger le liquide chaud, doucement, aux œufs sans cesser de remuer.
    Reverser le mélange dans la casserole et remettre à chauffer, toujours doucement et en remuant, jusqu’à un petit épaississement (crème anglaise). Ne surtout pas faire bouillir !
    Laisser refroidir environ 1 heure et rajouter les épices, la crème, ainsi que le rhum.
    Mettre au frais.Se consomme frais. Peut se conserver plusieurs jours au frigo, dans un récipient fermé.
                                Le p’tit poulailler vous souhaite une bonne dégustation !!!
Bon Noël de la part de mes cocottes !
Bon Noël de la part de mes cocottes.