La poule

C'est "quoi" une poule ?

La définition du petit Larousse nous dit "Femelle de l'espèce domestique de gallinacés (Gallus gallus), répandue dans le monde entier, élevée pour sa chair et pour ses œufs. (Le mâle est le coq.)

Assez vague quand même pour nous décrire cette bestiole à plumes !

Internet foisonne de descriptions de tous ordres. N'étant pas scientifique je me bornerai donc à une description généraliste.

Espèce de l'ordre des galliformes. Elle est omnivore. C'est un oiseau, donc elle perche, elle vole (pour certaines races), elle pond, elle couve (ovipare).
Comme les autres oiseaux elle descend des dinosaures, notamment l’archéoptéryx (150 Millions d'années /fin du Jurassique) !!!!

Elle est issue du coq Bankiva (coq doré) race sauvage d'Asie, (ça nos cocottes ont dû l'oublier...) domestiquée il y a environ 6000 ans.

Les "Bankiva" non domestiqués continuent de vivre à l'état sauvage, percher dans les branches d'arbres comme les autres oiseaux et chercher leur nourriture de la même manière.

Même en n'étant pas vétérinaire, il y a cependant des parties anatomiques qu'il est conseillé de connaitre afin de pouvoir traiter des problèmes éventuels de santé s'y rapportant ,(jabot, cloaque, cæcum par exemple) ou ne serait-ce que pour comprendre le fonctionnement de nos boules de plumes (leur plumage, la crête, les barbillons, la fabrication d'un œuf, etc).

schéma anatomique poule droit

schéma anatomique poule gauche

 

 

 

 

 

 

 

 

Les poules, poulets et coqs sont cardiaques

Comme le montre le schéma, chez nos volailles le cœur est éloigné du cerveau, tout comme chez la girafe. Le cœur est donc fortement sollicité pour amener le sang oxygéné au cerveau, et sa taille proportionnellement plus petite que chez d'autres oiseaux le rend fragile et crée de l'hypertension constante chez nos gallinacées.
C'est pourquoi il faut être très attentif aux grosses frayeurs et les éviter autant que possible.
Si on ne peut pas toujours lutter contre des frayeurs liées aux prédateurs ou à des causes naturelles, on peut néanmoins adapter notre comportement pour éviter le stress inutile chez nos poules.
Intervenir quand elles sont couchées et donc plus tranquilles, si c'est possible, pour les soins ou autres raisons, les rassurer en les calmant avec paroles et caresses avant d'intervenir et après.
Eviter, autant pour les adultes que pour les enfants, le "jeu" de leur courir après qui n'est amusant que pour les humains, pas du tout pour elles !

La vision

Comme pour beaucoup de proies, la poule a les yeux placés sur le côté de la tête. Sa vision est donc de 300° et lui permet plus facilement de voir arriver un prédateur. Ses yeux sont indépendants l'un de l'autre, elle peut donc regarder quelque chose avec un œil et autre chose avec l'autre.

Elle est très sensible à la lumière et aux mouvements et détecte les rayons ultra violets. Ça lui permet donc de repérer plus facilement sa nourriture, de la différencier, voir voler des moucherons, repérer au sol un objet minuscule. Par contre de nuit, elle ne voit rien. Ainsi la baisse de luminosité l'oblige par instinct de sécurité à se protéger et donc rentrer au poulailler. Pour nos cocottes, de plus dans le noir, pas d'activité possible. La nuit les rend donc très vulnérables aux prédateurs, il est par conséquent indispensable de sécuriser le poulailler.

Les poules ont une 3e paupière, (les chats aussi, quand leurs paupières sont mi-closes ont peut l'apercevoir), qui leur protège encore davantage les yeux des poussières. Si on est attentif on peut la voir. Une paupière supérieure et une inférieure, comme nous, et en dessous, une latérale qui forme comme une peau blanchâtre.

Digestion

Quand la poule mange, bien sûr, elle ne mâche pas ses aliments ! L'expression "quand les poules auront des dents" nous dit que ce n'est pas pour tout de suite.

Les aliments arrivent dans un premier œsophage, puis dans le jabot, genre de sac situé à l'avant de la poule sur la poitrine, (quand elles ont bien mangé on voit une boule se former à cet endroit, si on la touche elle est assez dure) Dans le jabot les aliments vont ramollir grâce à la salive et divers enzymes. Puis ils passent dans le deuxième œsophage et arrivent dans le gésier. Là il seront broyés grâce aux graviers que nos poules auront mangés, puis se dirigeront vers l'intestin où ils seront digérés et assimilés. Il est donc important qu'elles aient des graviers à disposition ! Quand ils seront usés ils seront rejetés dans les fientes.

Urines

La poule n'urine pas sous forme liquide. Elle évacue donc ses urines en même temps que ses fientes. Elles sont facilement reconnaissables, c'est le dépôt blanc sur le dessus.

Les fientes

Régulièrement la poule évacue ses fientes. On les trouve en masse au pied des perchoirs, d'où l'importance de nettoyer TRÈS régulièrement le poulailler. 
Surveiller l'état des fientes de nos poules, est une forme de suivi de leur état de santé. Passer le soir au poulailler permet de repérer qui dort où, et ainsi de voir le lendemain matin qui a un souci, si souci il y a.

Des diarrhées répétées, des fientes avec une couleur sanguinolente, des parasites visibles, sont le signe d'une infection chez une, ou des poule(s), de notre poulailler.

Des fientes indiquant une bonne santé doivent avoir une couleur marron à grise, et doivent être bien formées, avec le dessus blanc (urine, sels uriques).

Régulièrement les fientes changent d'aspect, il ne faut donc pas s'inquiéter outre mesure si des petits changements (hors fientes sanglantes) ont lieu. Il faut surtout s'inquiéter quand ces changements durent plusieurs jours.
Les changements alimentaires peuvent produire un effet sur les fientes, il faut donc être attentif à ce que, quelques jours après le changement, les choses rentrent dans l'ordre.
Des fientes liquides sur une journée sont peut-être le signe d'une augmentation de boisson, de la consommation de certains fruits ou légumes qui les modifient.
Une poule qui couve aura aussi des fientes différentes, et très malodorantes, du fait d'une évacuation plus restreinte dans la journée.
Environ une fois par jour la poule évacue des fientes cæcales (elle vide son cæcum), ces fientes sont plus liquides voire mousseuses et malodorantes.
Si ces raisons sont écartées et que des fientes liquides continuent sur 2 ou 3 jours, c'est sans doute le signe d'une infection.

En dehors de l'état des fientes, une poule qui reste isolée, prostrée, qui maigrit, signale un problème.

Vermifuger 2 fois par an évite des infections parasitaires importantes et est, avec une alimentation saine, une bonne prévention.

Le plumage

Il est indispensable à la survie de la poule, c'est sa protection contre le froid, le chaud, les insectes, les blessures, etc.
Nos cocottes passent donc du temps à l'entretenir !

 

Les bains de terre leur permettent d'éliminer les parasites, de nettoyer les saletés qui s'y sont posées.
Pour le rendre imperméable, avec leur bec, elles vont frotter leur glande uropygienne (située sur le bas du dos juste au dessus de la queue et qui sécrète un genre de graisse cireuse), et en enduire leurs plumes.

La mue qui se produit une fois par an, vers la fin de l'été, à compter de la 2e année leur permet de perdre leur plumes usées pour en faire repousser des toutes neuves à la place, qui leur permettront  d'affronter l'hiver sans soucis d'isolation.
Le duvet procure l'isolation thermique et les plumes la protection.

 

Enregistrer

Enregistrer

Ma page Facebook