Patafix : 2 mois et 1 semaine

Patafix : 2 mois et 1 semaine

Le temps passe et mon piou grandit.

Patafix : 2 mois

Après avoir observé depuis le début les comportements (pour le coup je suis assez fière de mon instinct qui me faisait penser plus à une cocotte qu’un coquelet) puis vérifié divers signes distinctifs au fil de la mise en place du plumage et autres permettant la différentiation sexuelle,   il s’avère que Patafix est bien une cocotte.
J’en suis d’autant plus réjouie que, comme je l’ai déjà dit, je ne souhaitais pas de coq.
Pantoufle est une exception car il est arrivé « masqué » (voir article) et reste car il est tranquille et gentil.
Evidemment… pour Patafix j’aurais fait un parquet à part s’il avait fallu, ne voulant pas m’en séparer, mon lien à cette bestiole à plumes étant particulier. Mais là, la question ne se pose plus et c’est tant mieux !!!

Depuis qu’elle a 3 semaines, des séjours ponctuels dans les mues, la petite d’abord puis la grande, se sont transformés en séjours journaliers. Je la descends le matin, et la remonte encore le soir.
Je suis peut-être pointilleuse, mais elle n’avait pas de poule  sous laquelle dormir et je souhaite une protection aussi la nuit, où, même si le poulailler est sécurisé, j’ai préféré mettre toutes les chances de son côté.

Ici aussi la canicule a sévi, et l’herbe bien verte s’est raréfiée.
Le secteur où a été posé sa mue est donc celui qui est le plus rapidement à l’ombre l’après-midi. J’y ai rajouté des zones d’ombrage avec des toiles, et des arbustes sont tout contre ce qui apporte de la fraîcheur.

J’ai régulièrement déplacé cet enclos dans le périmètre pour qu’elle ait d’autres espaces à explorer, tout en restant le plus à l’ombre. A boire bien sûr !!! A manger aussi, et un lieu où se protéger de la pluie….quand il y en a !!!

Petit à petit, les anciennes se sont habituées à cette présence et les passages autour de  l’enclos se font plus longs et moins curieux. Tout le monde vient régulièrement devant, en groupe ou seul, passe un moment, observe, caquette, repart puis revient.

Pantoufle reste le plus souvent dans le coin. Tout énamouré on dirait… J’imagine qu’il a hâte que cette nouvelle petite cocotte, enfin plus petite que lui….  l’accompagne.
Il va être surpris dans quelques temps…!!! Le papa de Patafix étant un Brahma, sa copine va sans doute être bien plus grande qu’il ne l’imagine, mais ca ne l’empêchera pas  d’être sa copine !

Du Brahma elle a aussi la tête, si typique, de rapace et que j’adore. Quand on sait que ces poules sont majoritairement d’une extrême gentillesse on se dit que l’apparence est vraiment trompeuse.
Chez Patafix il reste encore des bouts de duvet qui chaque jour s’effacent pour laisser place aux plumes.
Le plumage aux pattes a la même abondance que chez sa lignée paternelle. Papa étant couleur Splash et maman couleur Coucou on a un beau plumage de tous les tons de gris allant jusqu’au bleu par endroits.

 

Les soirs je reste un petit temps dehors  » à la fraîche »  comme j’aime le faire depuis toujours, et j’en profite pour la prendre avec moi.
Instants privilégiés où les câlins sont un délice. On aime ce moment toutes les deux.
Tout ca est insolite donc surprenant, voire bouleversant car elle me ramène à mon humanité « de base ». On m’avait prévenue… j’ai vu !!
Ce truc en plumes m’apporte un vrai bonheur !

Nos moments de méditation le soir…

Depuis quelques soirs je la mets par terre, quand les grandes commencent à rentrer pour la nuit,  pour qu’elle gambade un peu et elle apprécie !!! Je la trouve même plutôt intrépide….
A la tombée de la nuit, allez hop, dodo !!!! Elle dans sa caisse…. et moi dans la mienne !!

Ce matin, en la descendant de la maison, comme d’habitude perchée sur mes épaules, voilà qu’elle s’envole en pleine distribution de friandises aux anciennes et atterrit en plein milieu du groupe, on ne peut pas faire plus au milieu.

Alors là, ca passe ou ca casse…les poules hiérarchisent sans états d’âmes l’accès à la nourriture….

Je me tiens prête à venir à son secours persuadée que les ronchons du groupe vont lui « faire sa fête ».
Et….. même pas !!! Elle chipe les vers sous le bec des  harpies, et personne ne dit rien !!!! Et ben…… je suis impressionnée, par son toupet, par leur « fair-play » aussi, et je contemple avec bonheur et fierté cette première mise en présence.
Au final, Escampette lui met un petit coup de bec histoire de quand même « caler un peu les affaires », mais vraiment par principe.
Mon effrontée reste surprise, (quoi ???!!!  Je ne peux pas faire tout ce que je veux avec vous ??? ) mais il faudra qu’elle s’habitue !!

Premier essai réussi !!! Je récupère ma boule de plumes et la remets dans son enclos. Je préfère être là au début.
Et je me méfie aussi terriblement des prédateurs aériens. Hier j’ai vu un grand groupe de corbeaux (ou corneilles) survoler le secteur, et même s’ils semblaient en partance pour ailleurs et volaient très haut, un « petit encas » en cours de route est peut-être non négligeable, sa taille étant encore à leur goût.

Des séjours réguliers, sous surveillance, se font au milieu des copines. Tout se passe bien.

 

(ici avec Escampette)

Ma poulette grandit, son accès à l’autonomie se confirme.

D’autres caps vers cette nouvelle vie pour elle, de cocotte au petit poulailler, ce qui a toujours été le but de cette aventure, se dessinent et vont bientôt arriver.  

Histoire à suivre !!!

 

les petits portraits de l’été : Pollen

les petits portraits de l’été : Pollen

Selfie de Pollen !

Né de la couvaison d’Eulalie, Pollen a pointé son bec le 22 Mars 2018.

 

Pollen. 24 Heures.

Petit Brahma, ma race préférée, comme Eulalie et Nougatine qui n’ont pas de lien sanguin avec ce poussin issu d’œufs fécondés comme je l’ai raconté dans l’article sur la couvaison d’Eulalie (lien).

Censé être fauve herminé noir, ce poussin s’avère en fait être fauve herminé bleu. J’aime beaucoup aussi cette couleur, plus rare d’ailleurs que les herminés noir. La question, comme tout le monde chaque fois qu’on a des poussins,  était de savoir si Pollen était une poulette ou un coquelet….

Difficile à voir à la naissance, et plus compliqué dans cette couleur que chez les « Brahma perdrix maillés », où rapidement les plumages  mâle/femelle sont différents et où donc le sexage est plus rapide que pour d’autres. Certaines races aussi ont des poussins qui dès la naissance ont un duvet différent, comme les Faverolles par exemple.
De plus je ne suis pas du tout une experte japonaise (ils ont mis au point le sexage par observation du cloaque dès le plus jeune âge du poussin, avec toutes les différences anatomiques possibles selon les sujets, il faut donc en « brasser » quelques uns avant de maîtriser la technique…).

Les Brahma ayant, de plus, peu de crête comparé à d’autres races où elle est bien plus développée, alors chez le poussin….bah pas facile à repérer….

Le coq met ses « lancettes » vers 7 semaines.
Les lancettes sont les magnifiques plumes longues qui couvrent les côtés juste devant la queue (voir croquis dans la page « la poule »)

Donc il restait l’observation du comportement pour avoir une idée.
La seule certitude pour moi a donc été d’attendre plusieurs semaines pour confirmer mes doutes.

En effet, dès les premiers jours Pollen a toujours été plus facile à attraper que l’autre poussin né avec lui, Nuage.
Intrépide, curieux, ce poussin a vite été en tête dans les déplacements, l’autre le suivant juste derrière mais toujours en retrait.
Aventureux, il partait le premier à la découverte de son espace et des nouveautés.
Pollen semblait être « un meneur » ce qui existe aussi chez les poulettes, donc un indice mais pas une certitude.

Je l’ai cependant surpris plusieurs fois dans des attitudes de provocation et d’arrogance (dressé sur ses pattes, cou tendu, tête dressée) vis à vis de l’autre poussin, sans aucune méchanceté mais plutôt dans une forme de jeu, qui ne passionnait visiblement pas Nuage qui ne répondait pas et passait à autre chose en continuant tranquillement à picorer ce qui lui tombait sous le bec.
Ca m’a dès le départ fait penser à des comportements de coqs qui se défient d’abord visuellement avant de passer aux ergots…. Pollen avait tout des attitudes d’un coq…..

Une ou deux fois, ce jeune poussin adolescent a même tout à fait naturellement essayé de me dominer avec ses comportements ( rien d’agressif, mais qui ne tente rien n’a rien), sans doute lié au fait qu’il est assez proche de moi et très familier, mais il a aujourd’hui bien compris que le « dominant Alpha » au poulailler quand j’y serai, ce ne sera pas lui. Je l’ai remis à sa place en l’attrapant immédiatement après l’acte et le plaquant au sol quelques minutes, ce que les poules détestent.
Maintenant tout va bien, tout le monde se promène débonnairement en vaquant tranquillement à ses occupations, avec quelques caresses et « gratouilles » au coucher comme pour chacun des habitants du petit poulailler (oui…ici c’est comme ca…).

Notre tranquillité « entre filles » m’a toujours fait hésiter à prendre un coq, et oui j’avoue……
Pourtant je n’ai pas eu d’expériences difficiles avec eux, n’en ayant jamais eu d’agressifs, et si ca avait été le cas je ne les aurais pas gardés : c’est rédhibitoire pour moi.
Pourtant les coqs sont beaux et rajoutent par leur présence quelque chose à l’harmonie du poulailler. Sans compter leur rôle de protecteur : ils avertissent du danger,  les défendent en cas d’attaque, appellent les poules quand de bonnes choses sont à déguster, régulateur de conflits, (rôles qu’en l’absence de coq les anciennes prennent en charge même si c’est à moindre niveau), et bien sûr si on veut des poussins de reproducteur.

Je me suis souvent dit que si’ j’en reprenais un ce serait encore un Brahma : Bien qu’imposants par leur taille (environ 70/80 cm de haut)  ils sont d’un tempérament plutôt « pépère » et rarement méchants. De plus ils sont assez peu acharnés de la chansonnette, ce qui est quand même plus agréable qu’une « Castafiore à plumes » en constante représentation !
Bon, là il semble que le choix se fasse tout seul ! On va attendre encore pour être sûrs.

A 10 semaines, je décide de vérifier les lancettes qui doivent déjà avoir commencé à pousser si c’est un coq,  même si elles ne sont toujours pas visibles sur le plumage extérieur. Là il n’y aura plus de doutes.
Hop, je prends ma boule de plumes, je soulève le plumage arrière et………….. elles sont là !!!!
Très belles lancettes  couleur feu, qui vont contribuer aux atours de ce coq, sans doute magnifique que sera Pollen.
Chaque semaine des changements de plumage se manifestent, des plumes de couleurs splendides apparaissent de-ci, de-là.

Même si à partir de 10/12 mois les comportements de « grands » sont là, la taille et le plumage eux , ne seront fixés qu’à 18 mois, âge  où les Brahma atteignent la fin de leur croissance.

Lancettes de Pollen 10 semaines

Bon ben la messe est dite : Pollen est bien un coq.

Pollen 3 mois

Et s’il continue à être un coq sympa, ça va être un vrai bonheur de le voir se promener dans le jardin !

 

 

 

Mirages en attendant la réalité – Couvaison suite

Mirages en attendant la réalité – Couvaison suite

Eulalie est toujours occupée à préparer sa petite famille.

Des petits accidents de départ ont éliminé 2 œufs de cette aventure. Le premier était issu des œufs à tester du parc des brahmas bleus. Je l’ai retrouvé 2 jours après le début de l’aventure, cassé au pied du nid. A la place un magnifique œuf d’une autre des poulettes. J’en déduis donc qu’il y a du y avoir un certain brassage au moment où elle est venue s’incruster dans ce nid pour pondre.
Et le lendemain il manquait l’œuf  croisé Pékin/lilas. Littéralement disparu sans laisser de traces….. le matin il y était, j’avais vérifié, et dans l’après-midi, pouf….évaporé. Eulalie trônait toujours royalement sur son nid, donc étrange….l’œuf avait pourtant été prédaté.

Comment démasquer le coupable pour qu’il ne recommence pas ? J’ai cherché partout, aucune trace. Jusqu’à ce que « mes petites cellules grises » de détective « obligé » me mettent sur la piste ; Des œufs en plastique ont parfois disparu, il m’est arrivé d’en retrouver dans le pré….Hummm et je sais qui fait ça !!!! Je sais aussi que le voleur est parfaitement capable d’en engloutir un vrai quand par chance il l’est !!!!

Le voleur, (en l’occurrence LA voleuse) est sorti dans le terrain en même temps qu’Eulalie se dégourdissait les pattes, je m’en suis souvenue trop tard, et je l’ai surprise régulièrement (quand elle croit que je ne la vois pas) passer en se contorsionnant par la trappe ouverte du poulailler.
Ah là, pas d’arthrose,  plus de soucis avec le train arrière qui est moins souple !!!!! Vous me suivez ?
Si je vous dis « noir et blanc, environ 22kg », je finalise bien le portrait ???? Ben voilà…. : Ma louve…. et oui, son entrée dans le 4e âge la rend de plus en plus délinquante et bourrique !!!!!!

Bon, là, ras le bol. A ce rythme il ne va plus rester un œuf sous Eulalie !!
Je l’ai donc isolée dans le poulailler annexe.
Je crois qu’elle apprécie beaucoup cette tranquillité qui lui permet de se sentir en sécurité, et de mener sa couvaison sereinement.
Je lui ouvre une fois par jour, parfois elle sort seule d’autres fois je la pousse un peu pour se dégourdir les pattes.
Quand il fait beau elle en profite pour faire une petite toilette dans la poussière d’un vieil abri.

Nougatine vient lui  faire la causette à chaque sortie et l’accompagne dans ses petites promenades. Tout à l’heure je les ai même surprises dans un échange de « pot pot pot » rapide de l’autre côté du grillage du petit poulailler.
Ah, l’amitié c’est quelque chose !!!
Puis, comme chaque jour, après quelques étirements d’ailes et de pattes, un petit bain s’il fait beau, un petit plateau-repas, Eulalie retourne avec conviction tricoter sa layette, et hop elle se repose délicatement mais surement sur ses précieux trésors, en s’étalant dans toute sa largeur.
Eulalie est capable de se transformer en énoooorme coussin…..

Comme je l’avais prévu, à J+7 j’ai fait un premier mirage des œufs.
Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, » mirer les œufs » permet de voir un peu en transparence s’ils sont bien fécondés.
Pour ça, il faut les éclairer fortement et rapidement (pour ne pas les chauffer et en évitant le contact direct de l’ampoule sur l’œuf), sur la partie ronde de l’œuf de préférence, côté poche d’air.
On doit aller vite, pendant que la poule est absente ce qui la stresse moins, et prudemment pour ne pas les casser, en évitant vraiment de les secouer pour ne pas créer de dégâts sur le futur poussin.
On peut voir dans pratiquement tous les œufs, par contre ceux des poules « Marans » de par leur couleur chocolat restent très compliqués, voire impossibles à mirer.

Mirer les œufs permet aussi de ne pas laisser sous la poule des œufs « inutiles ». Couver lui demande beaucoup d’énergie donc si aucun n’est fécondé ce n’est pas la peine de la laisser faire : soit on refait rapidement un essai avec d’autres oeufs, soit on essaie de la faire découver.
Il est aussi possible après un petit temps de couvaison, de lui glisser sous le ventre un soir au coucher, des poussins d’un jour, mais pour cela il faut en avoir, connaitre le caractère de la poule, et surveiller très très régulièrement que tout se passe bien.
Cette méthode marche assez bien, semble t’il, chez pas mal d’éleveurs, en respectant les règles d’intégration. Personnellement je ne l’ai encore jamais tentée.
Un œuf non fécondé, au bout de 7 jours de couvaison restera transparent, clair.

Fécondé on pourra y voir plusieurs choses
: un réseau sanguin (comme des filaments foncés aperçus au travers), une tache sombre dans un endroit de l’œuf (l’embryon) pas toujours visible d’ailleurs, et une augmentation du volume de la poche d’air (blanche en transparence) par rapport à sa taille normale sans couvaison.

œuf fécondé. J+7

Au mirage à J+7:

J’ai repéré que sur les 4 œufs encore en course, 4 petits habitants semblaient présents !!!!
Un pur bonheur !!!! J’ai bien vu l’embryon sur l’œuf issu d’Orpington nain chocolat. Magique….

Au mirage à J+14:

Confirmation des faits. Les poches d’air ont beaucoup augmenté et le reste de chaque œuf est devenu sombre, occupé par son pioupiou de plus en plus gros.
Le jaune d’œuf les nourrira tout au long de ce développement et sera absorbé en totalité sur les derniers jours. Quant à la poche d’air, elle leur permettra de prendre une respiration, la 1ere de leur vie, pour pouvoir percer la coquille. 

J’attends donc avec impatience mes 4 petites boules de plumes….1 petit Orpington nain Chocolat, 1 petit brahma Fauve camail noir, 1 petit brahma fauve camail bleu, 1 petit brahma bleu

Ci dessous un lien vidéo qui explique merveilleusement le développement des poussins dans leur œuf.
Merci au Poultry club Australien pour ce document.

Si tout va bien, dans une semaine, 4 pious devraient venir embellir mon petit poulailler et la vie d’Eulalie qui devrait être ravie de voir enfin ce qui lui a demandé tant d’efforts.

                                                                                          On a hâte !!!!!!