Léontine a décidé de couver….fin Septembre !!!

Léontine a décidé de couver….fin Septembre !!!

Ou l’aventure de faire découver une poule…. 🙁

Je passe relever mes œufs, “tranquillou”, Léontine est dans le nid, pas de soucis elle doit être en train de pondre. Je reviendrai dans un moment.
Je reviens 2 heures plus tard, Léontine est toujours dans le nid, elle n’a pas bougé d’un millimètre.

Non !!!!! Elle couve !!!!!! “Pffffff pas fin Septembre enfin !!!!!”

En effet l’automne n’est pas la meilleure saison pour faire couver une poule, les poussins arriveront fin octobre (21 jours exactement après le début de la couvaison) donc pas prêts du tout pour affronter l’hiver avec leurs 4 plumes sur le dos.
Pour finir et le problème n’est pas des moindres, mes œufs ne sont pas fécondés, je n’ai pas de coq. Il y a bien celui du voisin mais ça ne me tente pas, c’est un braillard et pas envie d’en avoir un comme çà. J’avais pensé acheter des œufs fécondés (des fermes en vendent par correspondance et apparemment ça se passe pas mal), mais bon, pas en Septembre !!!!
Donc c’est décidé, Léontine ne couvera pas, on reverra au printemps si ça la reprend, mais là pas question !!

Je m’approche donc du nid, rien ne bouge, Léontine est devenue une crêpe, totalement affalée, mais je vois bien les 2 yeux qui me suivent sans rien louper. Je sais par expérience que les poules qui couvent n’aiment pas être dérangées et le montrent parfois de façon assez “virulente”. Allez, en douceur je bascule le nid petit à petit, toujours rien qui bouge, la crêpe colle à la poêle…

Léontine couve...
Léontine veut couver…… 23 Septembre 2017

Le nid est presque vertical quand elle en sort, furieuse, hurlant son mécontentement, poussant des grognements  que la politesse m’interdit de traduire ici, mais j’ai été traitée de tous les noms d’oiseaux !
Pas grave, hé hé, je l’ai bien eue, la voilà dehors. Je ramasse mes œufs et repars chez moi.

Le soir je viens donner la pâtée….pas de Léontine….la crêpe est à nouveau dans le nid. Bon, d’accord c’était un peu facile.
Je la revire, toujours furieuse mais vite calmée par la gamelle. Je repars.
Bien évidemment au moment du “coucher” la bourrique est retournée dans le nid.
A bourrique, bourrique et demie, je la prends et la pose sur le perchoir avec ses copines. Non mais !!!!

Mais le lendemain matin, on recommence….
Je regarde donc dans des bouquins et sur le net, les façons de faire découver une poule ( pas gagné) ça passe du bain dans l’eau glacée (la température de la poule étant en hausse l’idée est de la faire baisser) des anciens faisaient ça, mais bon je ne nous vois ni l’une ni l’autre dans cette opération, un peu rustique quand même.
Autre idée, aspirine, mmm…..mais bon, si ça m’arrive d’en donner dans de rares cas de maladie, c’est toujours en hésitant, en calculant le dosage etc. bref, pas envie non plus.
Il y a aussi la vieille idée de la mettre plusieurs jours sous un carton, dans le noir sans boire ni manger (ça viendrait pas de là “8 jours sous une benne ??”) Mais là non plus je ne vois pas Léontine sécher toute seule dans son carton…..En plus toutes ces méthodes sont très aléatoires quant au résultat.

Bon je vais en tenter une, isoler la bête quelques jours et la mettre sur un sol froid sans paille ni rien, juste à boire. Sitôt dit, sitôt fait. Bien évidemment je me fais encore insulter mais là, ma cocotte tu vas voir qui c’est le chef !!!

La voilà dans le petit poulailler annexe. Les autres passent devant, ça papote un peu, la journée passe. Le soir je craque sur l’air tout triste de ce tas de plumes, je la cale sur un perchoir avec ses congénères.

Le lendemain matin la crêpe est bien sûr retournée dans sa poêle…………
Plus têtu qu’une poule tu meurs !
Bon les autres ayant pondu et tout le monde étant en balade dans le terrain, j’attrape la furie et la pose dans l’herbe avec les autres. Et…….je ferme la porte du poulailler !!!!, finalement elles n’ont rien à y faire avant ce soir, elles sont toutes sous les arbres, à boire et à manger dehors autant qu’on veut. Je me réjouis d’avoir eu cette idée un peu sadique mais qui me fait un bien fou !
Une grande partie de la journée quand elle me voit, elle arrive en braillant, puis ça à l’air de se calmer…..le soir je la trouve….sur le perchoir !!!!
Le lendemain matin, elle sort comme les autres.

Victoire !!!!!!…………………………. cette fois.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partagez:

Attaque du poulailler dans la nuit du 1er juillet

Attaque du poulailler dans la nuit du 1er juillet

Réveil en sursaut à 4h20 par des cris de panique et d’épouvante. J’ai tout de suite compris… c’était une attaque de prédateur !!!

Comme le poulailler est proche de la maison et qu’à cause de la chaleur je dormais les fenêtres ouvertes, j’ai pu intervenir rapidement et de fait sauver 3 de mes 5 cocottes. Mais 2 sont mortes dont une qui avait commencé à être emmenée.

A cause de la canicule j’avais laissé une petite ouverture entrouverte vers le poulailler et l’enclos était fermé pour la nuit avec les clôtures.

Poules Jacquotte Philomène 07 2017
le lendemain de l’attaque on se serre les ailes

Cà n’a pas échappé à l’ignoble Croquetout qui a quand même escaladé un mur pour l’atteindre. Les renards sont redoutables quand ils chassent (voir onglet documents).

J’ai retenu la leçon ! Le lendemain les ouvertures du poulailler ont été revues et le soir maintenant c’est Fort Knox pour les poulettes !!!

Mais ne jamais oublier que le risque “zéro” n’existe pas…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partagez:
Ma page Facebook