Naissance de Pollen et Nuage, les poussins d’Eulalie.

Naissance de Pollen et Nuage, les poussins d’Eulalie.

Après avoir couvé pendant presqu’un mois et demi, (2 semaines dans le vide et 3 sur ses œufs) Eulalie y ayant mis tout son cœur de cocotte obstinée, est enfin arrivée la date tant attendue des éclosions !!!!!

Le 21 Mars au soir, ca faisait pile 21 jours que j’avais glissé les précieux œufs sous son gros ventre tout doux. Donc n’en pouvant plus, j’ai filé dans mon petit poulailler, essayer de soulever un peu Eulalie et voir s’il se passait quelque chose. Ca avait démarré !!!!! Wouahhh !!!! Quelle ponctualité !! Un petit piou était en train de commencer son dur travail de briser sa coquille. Les autres n’allaient sans doute pas tarder alors.

Un petit trou dans l’œuf, au niveau de la poche d’air pour prendre sa première respiration dans ce monde, ce qui comme pour tous les nouveaux nés est très douloureux, les sacs aériens se gonflant d’un coup (heureusement on oublie) oblige notre poussin à se remettre un peu du choc.
Un petit trou dans la coquille pour faire entrer l’air et pouvoir mener à bien le gros travail qui l’attend : la briser toute entière et pouvoir sortir.
Ce travail prend plusieurs heures au poussin qui en sort épuisé, ou qui parfois n’en sort pas vivant.

(Document filmé par une école, merci aux enseignants pour le partage utube).

Si on parle de sélection naturelle, ce qui est vrai en partie, en laissant les poussins se débrouiller seuls, on peut aussi aider si on voit que ca traîne vraiment ou que rien ne se passe : “foutu pour foutu”….. c’est ma devise. Contrairement à ce qu’on pense, pas mal de personnes arrivent à sauver des poussins qui deviendront de grands et beaux coqs ou poules, il “”suffit”” juste de s’y prendre correctement. Mais là ca venait de commencer donc on n’en était pas là.

En me couchant le soir j’ai pensé à ce poussin qui faisait tous ces efforts pour naître, et à la joie de le découvrir le lendemain.

Le lendemain, avant de partir au travail, en ouvrant aux autres cocottes, je n’ai pas pu résister et j’ai un peu soulevé le gros ventre d’Eulalie pour voir. Une coquille cassée en 2 ! Il est donc né ! Et j’ai vu un petit machin duveteux se précipiter dans les plumes maternelles. Je n’ai vu que l’arrière train et les pattes elles aussi pleines de duvet.
Les plus belles pattes pleines de duvet et le plus beau croupion de poussin que j’ai jamais vus !!! Oui je sais, je suis un peu gaga, mais c’est toujours un moment magique quand une vie, quelle qu’elle soit, commence.

Le 1er né file entre les pattes de maman. Le brêchage externe (petit trou) a commencé pour le 2e

Entre les pattes d’Eulalie, 2 autres œufs dont le travail semblait ne pas avoir commencé et un dernier avec le petit trou (le brêchage externe). Je devais partir et n’aurais pas été  là de la journée. Je ne voulais pas interférer mais je ne voulais pas non plus qu’il s’épuise. Pour l’avoir vu faire plusieurs fois, j’ai décidé de juste agrandir un peu (de quelques millimètres) et délicatement ce petit trou , derrière lequel je découvre un petit bec qui semble d’un coup mieux respirer. Je le replace sous la mère, il pourra surement finir le travail en ayant plus d’air. On verra ce soir…

J’y ai régulièrement pensé pendant la journée et je n’avais qu’une hâte : rentrer.
Quand je suis enfin revenue, bien évidemment je me suis précipitée voir ce que la journée avait réservé comme autres surprises.
2 œufs n’avaient toujours pas bougé….. mais celui de ce matin était ouvert.
En soulevant Eulalie, qui leur parlait mais qui grognait un peu, donc prudence quand même, j’ai alors pleinement découvert ses 2 magnifiques poussins ! On ne peut que craquer devant ces petites boules de duvet, ils sont tous ronds, tous doux. Le duvet aux pattes est bien sûr très présent, c’est un gène fort chez les Brahma.
J’ai pu les prendre rapidement pour les voir, mais le but n’est pas de stresser la mère, ni les petits. Je les ai donc vite remis en place.

Petit Brahma Bleu. Nuage

 

Petit Brahma fauve camail noir. Pollen

J’ai aussi récupéré les 2 autres œufs. Il y avait sans doute un problème.
J’ai décidé de les ouvrir délicatement pour voir s’il y avait une chance d’y trouver un poussin vivant. Le 1er semblait avoir stoppé son développement depuis plusieurs jours, donc pas la peine d’espérer quoi que ce soit le concernant. Le 2e quant à lui avait un poussin développé mais mal positionné et sans doute mort avant que le processus de la naissance ait commencé. Même si c’est un peu triste, c’est ainsi c’est la vie. 50% d’éclosions ce n’est pas rare, ca correspond même au pourcentage que j’ai souvent eu dans mes précédentes aventures poussinières. Je me cantonne donc à penser que 2 boules de plumes sont là et que, Eulalie et moi, on va tout faire pour qu’ils grandissent bien !!!

Piou planqué sous maman. On voit ses petites pattes et le duvet. En bas à droite un morceau de pattes emplumées de maman….. Va falloir manger plein de pâtées pour la rattraper ♥

A J+3 mes pioupious sortent plus souvent du dessous des ailes maternelles, tant de choses à découvrir ! Et maman Eulalie prend son rôle très au sérieux.
Elle leur montre comment manger, comment boire, les appelle pour qu’ils passent des petits obstacles (à l’échelle d’un poussin beaucoup de choses sont des obstacles) ou quand elle découvre un trésor culinaire.
Ils resteront protégés pendant quelques temps de l’extérieur et des prédateurs,  une petite extension grillagée du petit poulailler  leur permet déjà de profiter du soleil et pourra être sortie dans l’herbe en toute sécurité quand il fera un peu plus sec, et les premières intégrations en liberté, avec maman bien sûr, se feront en ma présence (chats pour qui ce ne sont que des moineaux au sol, buses, pies, et autres prédateurs, volontaires ou non, sont très présents, une vie de poussin c’est dangereux…, sans compter les réactions des autres cocottes toujours à surveiller malgré tout) .

Vidéo d’Eulalie montrant aux petits comment manger, picorer. 

 

Et après le repas, Nuage file se mettre au chaud sous maman qui finit tranquillement les restes du repas.

 

Hier j’ai assisté par hasard, en ouvrant les poulaillers, à quelque chose d’un peu “fou” et émouvant….. :

Toutes mes boules de plumes étaient en train de manger, je venais de les nourrir, quand Nougatine la copine Brahma d’Eulalie, et revenue en arrière voir d’où venaient les piaillements qu’on entendait (mes 2 poussins ont du coffre !). Elle est restée un moment a observer avec attention à travers le grillage les mouvements et des “pot pot pot” s’échangeaient entre elle et sa copine.
Ensuite elle est partie rejoindre les autres qui mangeaient un peu plus loin. Et là, au bout de quelques minutes, j’ai vu débouler, les unes derrière les autres mes cocottes venir voir elles aussi ce qui se passait derrière ce grillage, observer un moment, avec intensité, curiosité et en silence, puis repartir tranquillement se promener.
Le petit défilé a duré plusieurs minutes. Premières présentations, premiers regards entre tout ce petit monde. Il y avait quelque chose d’impressionnant dans cet espèce de rituel.

                    Je le redis, ces bestioles à plumes méritent vraiment d’être observées ! 

 

Partagez:

Mirages en attendant la réalité – Couvaison suite

Mirages en attendant la réalité – Couvaison suite

Eulalie est toujours occupée à préparer sa petite famille.

Des petits accidents de départ ont éliminé 2 œufs de cette aventure. Le premier était issu des œufs à tester du parc des brahmas bleus. Je l’ai retrouvé 2 jours après le début de l’aventure, cassé au pied du nid. A la place un magnifique œuf d’une autre des poulettes. J’en déduis donc qu’il y a du y avoir un certain brassage au moment où elle est venue s’incruster dans ce nid pour pondre.
Et le lendemain il manquait l’œuf  croisé Pékin/lilas. Littéralement disparu sans laisser de traces….. le matin il y était, j’avais vérifié, et dans l’après-midi, pouf….évaporé. Eulalie trônait toujours royalement sur son nid, donc étrange….l’œuf avait pourtant été prédaté.

Comment démasquer le coupable pour qu’il ne recommence pas ? J’ai cherché partout, aucune trace. Jusqu’à ce que “mes petites cellules grises” de détective “obligé” me mettent sur la piste ; Des œufs en plastique ont parfois disparu, il m’est arrivé d’en retrouver dans le pré….Hummm et je sais qui fait ça !!!! Je sais aussi que le voleur est parfaitement capable d’en engloutir un vrai quand par chance il l’est !!!!

Le voleur, (en l’occurrence LA voleuse) est sorti dans le terrain en même temps qu’Eulalie se dégourdissait les pattes, je m’en suis souvenue trop tard, et je l’ai surprise régulièrement (quand elle croit que je ne la vois pas) passer en se contorsionnant par la trappe ouverte du poulailler.
Ah là, pas d’arthrose,  plus de soucis avec le train arrière qui est moins souple !!!!! Vous me suivez ?
Si je vous dis “noir et blanc, environ 22kg”, je finalise bien le portrait ???? Ben voilà…. : Ma louve…. et oui, son entrée dans le 4e âge la rend de plus en plus délinquante et bourrique !!!!!!

Bon, là, ras le bol. A ce rythme il ne va plus rester un œuf sous Eulalie !!
Je l’ai donc isolée dans le poulailler annexe.
Je crois qu’elle apprécie beaucoup cette tranquillité qui lui permet de se sentir en sécurité, et de mener sa couvaison sereinement.
Je lui ouvre une fois par jour, parfois elle sort seule d’autres fois je la pousse un peu pour se dégourdir les pattes.
Quand il fait beau elle en profite pour faire une petite toilette dans la poussière d’un vieil abri.

Nougatine vient lui  faire la causette à chaque sortie et l’accompagne dans ses petites promenades. Tout à l’heure je les ai même surprises dans un échange de “pot pot pot” rapide de l’autre côté du grillage du petit poulailler.
Ah, l’amitié c’est quelque chose !!!
Puis, comme chaque jour, après quelques étirements d’ailes et de pattes, un petit bain s’il fait beau, un petit plateau-repas, Eulalie retourne avec conviction tricoter sa layette, et hop elle se repose délicatement mais surement sur ses précieux trésors, en s’étalant dans toute sa largeur.
Eulalie est capable de se transformer en énoooorme coussin…..

Comme je l’avais prévu, à J+7 j’ai fait un premier mirage des œufs.
Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est,” mirer les œufs” permet de voir un peu en transparence s’ils sont bien fécondés.
Pour ça, il faut les éclairer fortement et rapidement (pour ne pas les chauffer et en évitant le contact direct de l’ampoule sur l’œuf), sur la partie ronde de l’œuf de préférence, côté poche d’air.
On doit aller vite, pendant que la poule est absente ce qui la stresse moins, et prudemment pour ne pas les casser, en évitant vraiment de les secouer pour ne pas créer de dégâts sur le futur poussin.
On peut voir dans pratiquement tous les œufs, par contre ceux des poules “Marans” de par leur couleur chocolat restent très compliqués, voire impossibles à mirer.

Mirer les œufs permet aussi de ne pas laisser sous la poule des œufs “inutiles”. Couver lui demande beaucoup d’énergie donc si aucun n’est fécondé ce n’est pas la peine de la laisser faire : soit on refait rapidement un essai avec d’autres oeufs, soit on essaie de la faire découver.
Il est aussi possible après un petit temps de couvaison, de lui glisser sous le ventre un soir au coucher, des poussins d’un jour, mais pour cela il faut en avoir, connaitre le caractère de la poule, et surveiller très très régulièrement que tout se passe bien.
Cette méthode marche assez bien, semble t’il, chez pas mal d’éleveurs, en respectant les règles d’intégration. Personnellement je ne l’ai encore jamais tentée.
Un œuf non fécondé, au bout de 7 jours de couvaison restera transparent, clair.

Fécondé on pourra y voir plusieurs choses
: un réseau sanguin (comme des filaments foncés aperçus au travers), une tache sombre dans un endroit de l’œuf (l’embryon) pas toujours visible d’ailleurs, et une augmentation du volume de la poche d’air (blanche en transparence) par rapport à sa taille normale sans couvaison.

œuf fécondé. J+7

Au mirage à J+7:

J’ai repéré que sur les 4 œufs encore en course, 4 petits habitants semblaient présents !!!!
Un pur bonheur !!!! J’ai bien vu l’embryon sur l’œuf issu d’Orpington nain chocolat. Magique….

Au mirage à J+14:

Confirmation des faits. Les poches d’air ont beaucoup augmenté et le reste de chaque œuf est devenu sombre, occupé par son pioupiou de plus en plus gros.
Le jaune d’œuf les nourrira tout au long de ce développement et sera absorbé en totalité sur les derniers jours. Quant à la poche d’air, elle leur permettra de prendre une respiration, la 1ere de leur vie, pour pouvoir percer la coquille. 

J’attends donc avec impatience mes 4 petites boules de plumes….1 petit Orpington nain Chocolat, 1 petit brahma Fauve camail noir, 1 petit brahma fauve camail bleu, 1 petit brahma bleu

Ci dessous un lien vidéo qui explique merveilleusement le développement des poussins dans leur œuf.
Merci au Poultry club Australien pour ce document.

Si tout va bien, dans une semaine, 4 pious devraient venir embellir mon petit poulailler et la vie d’Eulalie qui devrait être ravie de voir enfin ce qui lui a demandé tant d’efforts.

                                                                                          On a hâte !!!!!!

 

Partagez:

La surprise d’Eulalie !!! Couvaison

La surprise d’Eulalie !!! Couvaison

Les poules sont têtues…… je l’ai déjà dit !

Eulalie J+2

Eulalie, jeune adulte, Brahma de son état……a donc décidé qu’il était temps pour elle de fonder une famille !!! Et donc elle s’est mise à couver, avec obstination, les faux œufs en plastique, posés dans les nids. Les Brahma adorent couver.

En voyant ce gros tas de plumes affectueuses posé comme ca dans son nid, je me suis dit que j’allais refaire le “plan Léontine” de Septembre…
Et puis je n’ai pas de coq et c’est quand même un élément indispensable pour avoir des œufs fécondés.
-“Bon Eulalie on fait quoi maintenant ?????”
Réponse : “pot”
– “je te rappelle quand même que tu es sur des œufs en plastique là…..   Alors tu vas faire quoi  ?? des poussins bioniques ????  Morte de rire !!!! Ouarffffffff !!!!!!! 
-“pot pot pot pot poot piourrrt “. 
J’ai du la vexer…..
– “Mouai….. ok je vais réfléchir….”

On est en Février et le printemps sera là dans pas trop longtemps, le regard d’Eulalie est rempli d’arguments, et puis j’avoue que j’ai bien envie de revivre une aventure “poussinette”. Je prends encore le temps de la réflexion….. et de la concertation:

– “tu sais Eulalie, toi tu veux des poussins, mais après quand ils seront sevrés, ben JE vais me les coltiner” 
 – “Poooot pooot pot”
– “d’accord mais moi je ne veux pas n’importe quels poussins….c’est mignon quand c’est petit ces machins duveteux, mais quand c’est grand, ben des fois …… ça l’est moins, moi je veux des poules GENTILLES, et si elles sont jolies c’est du bonus !!!!” “Et puis on n’a pas de coq…alors!!! Et toc !!! Hé hé…. tu vois bien que c’est pas possible” 
– “pot pot pot poooooot” “pot pooot pooooooot pot”
– “ah ben, oui tu me donnes une idée là !!!!”
Eulalie est très persuasive….

Il y a déjà quelques temps, j’ai eu des échanges avec une autre “poulomaniaque”,  passionnée, aimant ses plumettes comme moi j’aime les miennes, mais elle, elle en a beaucoup beaucoup !!!! C’est devenu son métier d’ailleurs.
Plein de Brahma, de toutes les couleurs, bleues, splash, fauves, herminées, perdrix, noires etc…et d’autres races qu’elle apprécie. On peut aller en chercher à adopter à la ferme. Ca s’appelle Brahmaland, un nom parlant !
Mais elle ne les envoie pas quand c’est à distance. Et moi j’habite loin.
Par contre elle a trouvé une bonne idée ! Elle envoie des œufs fécondés, elle en expédie même régulièrement à l’autre bout du monde !
Je reprends donc contact.
Je vais sur son site choisir mes prochains “pious” par rapport à leurs parents, et puis comme je suis régulièrement son blog, (dont voici le lien https://www.oeuf-poule-poussin.fr) je sais que Gaëlle,c’est le nom de la poulomaniaque” en question, attache aussi beaucoup d’importance à la gentillesse, qui se transmet aux petits.

Eulalie et moi, après en avoir parlé ensemble, on a choisi 3 œufs qui nous plaisaient bien : 1 petit Brahma Fauve camail bleu et dont le papa “Faya” est gentil, 1  petit Orpington nain chocolat, 1 petit croisé pékin chocolat/maman lilas.
Ces parents sont tous proches de l’humain et c’est un bel argument.

J’ai donc passé ma commande le week-end dernier !!! Et lundi j’avais un mail de confirmation de mon envoi.

-“Eulalie !!!!! Tes œufs sont partis !!!!” 
-“prooiiiit” ‘proiiiiit”

Olala comme le temps est long !!!! Et en plus il gèle à pierre fendre !!!! Les poulettes ont froid aux plumes !!!
Eulalie vit çà de très loin, calée dans son nid de foin, sur ses œufs factices et sur ceux que les copines viennent pondre dans la journée et qu’elle s’approprie. Depuis plusieurs jours elle s’est même arraché les plumes du ventre pour leur tenir encore plus chaud en étant directement en contact avec sa peau.

Mercredi soir, en rentrant du travail je me jette sur la boite aux lettres.
ILS sont là !!!!!!!

Wouahhhhh c’est trop joli !!!
Dans ce carton, sur lequel un petit mot est mis à nos intentions, il y a des petits œufs qui vont sans doute nous donner encore plus de joie à Eulalie et moi.
Je l’ouvre avec délice, mes futurs poussinets ne craignaient rien, sous une couche de “chips polystyrène” , bien enveloppés. Je déballe les couches du paquet.

œufs bien protégés !
On va enfin les découvrir !
toujours bien protégés

 

 

 

 

 

Sous chacune, une petite attention de Gaëlle, des petits mots, une petite cocotte en tissu au nom du blog, et enfin la boite d’œufs où ils sont là, enveloppés délicatement chacun. Dernière jolie surprise, j’en ai 3 en plus “à tester” (les œufs à tester sont ceux dont il faut vérifier la fécondité) on verra bien ce que ceux là donneront : 2 Petits de Brahma bleus et 1 de Brahma fauves camails noirs.

Sur chaque œuf, un code inscrit qui indique papa/maman.

La généalogie des pioupious

Je trace d’autres marques sur les autres côtés des œufs, afin de bien les repérer dans le nid, sans avoir besoin de les toucher, si ceux des copines venaient se mélanger, avec un crayon (pas de feutre sur les coquilles qui absorbent tous les produits posés dessus).

Un pur bonheur ce paquet !!! Je suis une petite fille qui en découvre chaque surprise. Ca fait un bien fou !!!!

Comme me l’a conseillé Gaëlle, je les cale sous ma bouillotte un moment. Ils se sont déjà reposé plusieurs heures dans la boite aux lettres, ça c’est fait. Je leur fait donc un nid en serviette éponge, je les pose dedans, et dessus je pose doucement ma bouillotte, comme un gros ventre d’Eulalie.
Une fois les œufs réchauffés, donc plus agréables pour la poule, je les descends à ma cocotte.

-“Eulalie regarde !!!!!!!!!” ILS sont là !!!!!!! ” 

Comme d’habitude il y a un grognement quand je la soulève de son nid. Je la pose juste à coté, je laisse un œuf en plastique, elle le connait…., et je mets délicatement les 6 petits nouveaux tout autour. Deux yeux suivent avec attention mon petit trafic. Je reprends mon gros tas de plumes que je pose doucement sur l’ensemble, elle regarde à peine une seconde, petit contrôle rapide de la situation, “pot pot pot” et comme une évidence elle se pose dessus en douceur en rabattant avec son bec tout ce qui pourrait dépasser d’eux de son plumage.
En voila 6 qui sont bien au chaud pour la nuit !!!

Depuis 2 jours, les copines ne pondent plus dans ce nid, elles n’ont plus de droit d’accès…… Eulalie se transforme en dindon ébouriffé quand on s’approche trop près. Elle a fait réellement la différence entre avant mercredi soir et après…
Pour ma part ca va, je m’approche malgré les grognements, je peux la prendre si besoin, la caresser, je ne passe qu’une fois par jour rapidement voir si tout va bien, et le matin et le soir en ouvrant ou fermant tout.
Je ne veux pas la déranger….son métabolisme s’est mis en mode “couvaison” tout est un peu au ralenti et elle a besoin d’être tranquille. Elle passe ses journées sur son nid et n’en sort qu’une fois par jour un quart d’heure environ, pour manger, boire, se dégourdir les pattes et hop, elle y retourne.

La semaine prochaine j’irai mirer mes œufs pour voir ceux qui sont fécondés, ça donnera une première idée du nombre de petits becs qui se pointeront ensuite !!!!

Ça va durer 21 jours !  Donc si tout va bien (il y a toujours un risque, même minime, pour que ça ne marche pas du tout) le 21 Mars, des poussins vont émerger sous mon tas de plumes tout doux.

Le 21 Mars !!! Jour du Printemps dont un des symboles est le poussin !!!! Eulalie est trop forte !!!

                                                    “A bientôt !”    “poooot poooot pot”

une surprise en plus !
Partagez:

Les soins de Léontine

Les soins de Léontine

La page concernant les soins apportés à Léontine suite à son intervention il y a un mois, a été mise à jour !

le lien est http://www.joliesplumesetcretesauvent.fr/le-quotidien-des-poules-2/les-soins-particuliers-pour-ses-poules/

Léontine a retrouvé sa petite vie de poule, tranquillement, et a même recommencé à pondre ce qui est signe de sa bonne santé !!!! Bien sûr je ne garde pas ses œufs, elle est encore sous traitement il faut donc éviter de les consommer, mais……chut…..elle ne le sait pas  !!!!

 

Partagez:

La vilaine aventure du jabot bouché chez une poule

Un peu avant les fêtes de fin d’année, Léontine au petit matin traînait un jabot énorme, moyennement mou.

Jabot bouché. Léontine 01 2018

Ayant eu déjà dans mes expériences “poulesques” des problèmes de capillarose, j’ai traité (Capizol)  mais ça n’est pas passé. Donc le problème venait sans doute d’ailleurs.
Après quelques jours d’essais divers pour essayer de déboucher ce jabot, massages, nourriture agrémentée d’huile d’olive pour faciliter les absorptions d’aliments, faire vomir la poule, rien n’y a fait.
Je sais que quand le jabot a un souci l’état de la poule décline très rapidement, elle dépérit et meurt de toutes façons si rien n’est fait. Une décision était à prendre…..

  1.  Jouer les “Ponce Pilate” et la laisser mourir en s’étouffant dans ses régurgitations (une poule n’a pas de réflexe de vomissement).
  2. La tuer, la plumer, la manger….  Pas le truc de la maison. Si c’était le cas d’ailleurs, ce site n’existerait pas. Ensuite ne sachant pas vraiment si elle est infectée ou pas, un peu aléatoire je trouve. Et pour finir je garde un souvenir horrible de la dernière fois, lointaine, où j’ai mangé (ou plutôt essayé) un animal que j’avais bien connu. C’est pas du tout mon fonctionnement et tant pis si çà dérange les ultra-pragmatiques.
    Ici même les araignées sont délicatement sorties de la maison mais pas écrasées, alors Léontine….!!!!!!!
  3. La faire soigner….   Là aussi beaucoup de questionnements :

Trouver un vétérinaire capable de soigner les oiseaux, et là, bonne chance. Là aussi mon expérience m’a permis de constater que ce n’est pas aussi simple qu’on le croit.
Entre ceux qui pensent que çà ne rapporte pas assez (on ne mettra sans doute jamais 800€ pour opérer une poule contrairement à d’autres animaux) et ceux qui n’y connaissent rien, bonjour l’aventure !!!

Ensuite, ça va me coûter “un bras”….. c’est pas le moment !!! (s’il y en a un pour ce qui me concerne).

Et est-ce que ça vaut la peine..., pour une poule ? Etc…. toutes les questions formatées dans ma petite tête qui vit dans notre société où il existe une hiérarchisation dans la souffrance animale. On soigne son chien (et encore, pas tout le monde !) puis son chat. Mais alors une poule, animal qui a surtout une vocation productive, quelle idée !!!!
Réflexions à mener rapidement car pendant ce temps-là rien ne s’arrange côté jabot.
Une aide à la prise de décision : ce n’est pas la première fois que depuis toutes ces années  je perds des poules à cause de ça. J’ai besoin de comprendre, enfin, et de savoir si ça peut être traité en préventif. Pour ça, la seule solution c’est de voir un vétérinaire.

Bon j’en cherche un, on verra bien. Celui du coin où je vais pour mes bestioles à poils, c’est même pas la peine, la question lui avait déjà été posée il y a longtemps : il fait partie du 1er groupe cité plus haut.
Allez….internet devrait peut-être m’aider. Je repère ceux qui ne sont pas trop loin de ma campagne.
Je tente un appel : “Non on ne fait pas les oiseaux !!!

Un autre appel : “je vais me renseigner”….espoir.
Retour “c’est possible, mais qu’est-ce qu’elle a ?” je réponds.
“je vais me renseigner”
Retour, “c’est possible je confirme, vous pouvez nous l’amener quand ?” oulalala….tout va vite là d’un coup. Je tente une question subsidiaire presqu’en chuchotant…. “combien ca va me coûter ?”….
réponse “je vais me renseigner”…..angoisse.
Retour avec un devis approximatif. C’est moins horrible que ce que j’imaginais, même si avec ce prix là j’aurais pu me payer la jolie paire de “Doc Martens” en soldes dont je rêve depuis pas mal d’années. De toutes façons on s’en fiche je ne les aurai pas, mais Léontine gardera sans doute sa crête !!! A chacune sa “Punk attitude” !!).

Autre question timide visant à rassurer mes soucis existentiels (des fois, être secrétaire vétérinaire (et pas que vétérinaire d’ailleurs) c’est un sacerdoce) :
“Dites moi que vous soignez des poules parfois,…… ou des animaux bizarres (çà Léontine aurait pas aimé ) ? …rassurez moi…..je ne suis pas trop dingue ??”
La dame est gentille, sur ce coup là elle ne me dit pas “je vais me renseigner” mais me rassure : ils ont soigné une oie il y a quelques temps, une poule aussi pour un problème d’œuf brisé dans le cloaque (encore un truc sympa dans le monde des poules), des hamsters, un serpent, et même récemment un tigre du zoo du secteur…
Bon ça va, je me sens vaguement normale.
Rendez-vous est pris, j’amène mon tas de plumes dans l’après-midi.

En route pour le vétérinaire

Après un petit trajet nous voilà arrivées. Je tourne la cage pour qu’on ne repère pas trop l’emplumée qui est dedans (étrangement docile pour qui connait Léontine, et silencieuse). J’ai encore un peu honte j’avoue.
Le Docteur S. arrive et l’examine.
Jabot bouché oui, on confirme, félicitations sur la gentillesse (…!!!)  et la beauté du spécimen, même s’ il la trouve maigre. Ben oui…avec un jabot bouché les aliments ne passent plus dans le corps donc normal. La poule meurt de faim et de ses régurgitations, d’où le fait de ne pas laisser traîner la situation.

Bon il est décidé que ma cocotte restera là-bas la nuit car il a des urgences à traiter, et sera “vidangée” (c’est le mot…) demain matin. Si ce n’est pas possible il faudra ouvrir le jabot et le vider…
Je repose bravement ma question subsidiaire : je suis rassurée il n’y presque aucun écart de tarif, et la nuit à l’hôtel est gratuite.
Je rentre chez moi en me disant que je vais quand même ENFIN savoir si il y a une autre raison que le fait de se goinfrer pour que les jabots se bouchent parfois.
Ça pourra m’éviter un problème récurent, même s’il reste minoritaire.

Le lendemain je téléphone et on me dit qu’elle a du être opérée car la seule vidange était insuffisante.
Je la récupère le soir en rentrant du travail, encore un peu “molle” des suites de l’intervention. Le vétérinaire me montre les photos de ce qu’il a enlevé…un énorme amas d’herbes, plus gros que sa main,  qui se sont mises en paquet, des graines mélangées à tout çà, le tout faisant un magnifique bouchon.
Je me dis qu’au moins Léontine mange sainement….(je positive).

Par contre il se peut qu’elle soit infectée par une bactérie, c’est fréquent dans ces cas là, et qui, si elle n’est pas traitée conduira à une récidive et à une probable infection des copines du poulailler. Cette bactérie diminuerait fortement les fonctions digestives des volailles infectées.

Donc analyses, et si c’est positif, traitement spécifique pour Léontine et préventif pour les autres minis dindons.

Je tiens peut-être mon explication…?

On me rend ma poule avec un poitrail “prêt à cuire”, complètement plumée avec un air de vautour raté, c’est dire !

Pendant une semaine, Léontine est bichonnée. Voir le chapitre : Jabot bouché dans les “soins particuliers”.
Je l’ai mise au chaud à la maison dans une cage, avec sorties sous haute surveillance “anti-fientes” plusieurs petits temps dans la journée pour se dégourdir les pattes.
En fait, entre son poitrail dégarni et le froid dehors, les repas spéciaux pendant quelques jours, les antibiotiques oraux et ceux par piqûres, on y trouve notre compte toutes les deux.
Ça a été l’occasion de bons moments, drôles et tendres. Entre sa découverte de la marche sur carrelage les pattes levées comme pour une balade en raquettes, et puis cette drôle d’herbe rouge que les humains appellent “tapis” qui ne se mange pas et donc ne sert à rien, cette envie aussi d’en profiter pour se faire cajoler, grattouiller alors que d’habitude ce n’est pas du tout son genre.
Une poule par définition c’est extrêmement curieux, alors dans un nouvel environnement où elle se sent en sécurité….je ne vous dis pas !!!!

On se dégourdit les pattes un moment.  Jour 2

Le jour 7 après l’intervention, le premier traitement cachets et piqûres est fini.  J’ai donc redescendu mon tas de plumes dans le petit poulailler “hôpital” pour qu’elle ne soit pas loin de ses copines, et reprenne une “vraie” vie de poule tout en étant quand même encore au régime.
Elle a bon appétit même si son jabot semble avoir du mal à fonctionner complètement je trouve.
J’ai vu aussi tout à l’heure que les tubes de ses plumes étaient ressortis, donc ça repoussera bientôt.

Je pense que le retour avec les autres ne sera pas encore cette semaine. Elle est toujours au régime “bouillies” et l’herbe doit être encore évitée.
En plus j’ai eu les résultats d’analyses aujourd’hui, il sont positifs à la fameuse bactérie dont on parlait, ce qui explique sans doute la difficulté du jabot à fonctionner correctement.
Donc il va falloir agir dès lundi où je dois reprendre contact avec le vétérinaire pour avoir un traitement efficace pour elle, et préventif pour ses copines. Après seulement, on pourra dire qu’elle est sortie d’affaire.
Je mise sur le fait que Léontine est une coriace.

Partagez:
Ma page Facebook